York : entre fantômes et sorcellerie


Europe, mon amour, Royaume-Uni / samedi, mai 19th, 2018

Au revoir le short, bonjour la parka ! Pour le pont de l’Ascension, j’ai décidé d’échapper à l’été viennois qui durait depuis près d’un mois et de profiter du printemps et de ses giboulées. Et pour cela quelle meilleure destination que l’Angleterre ? Comme j’aime la nouveauté et que je connais déjà bien Londres pour y avoir habité pendant plusieurs mois, je me suis tournée vers un autre coin de l’Angleterre. J’avais certes l’embarras du choix : Stonehenge, Stratford-upon-Avon, Brighton, la Cornouaille. Mais mes yeux se sont plutôt tournés vers le nord. J’ai donc sauté dans un avion pour Manchester, ai visité la contrée des sœurs Brontë avant de me rendre dans le Yorkshire et de mettre (très brièvement) les pieds dans l’eau. Au programme, ruines d’abbayes et moutons. Enfin, j’ai passé la dernière journée de mon road-trip à York.

Parcours de mon road-trip en Angleterre
Parcours de mon road-trip en Angleterre

Un peu d’histoire…

York, alors nommé Eboracum, fut créée sous l’Empire romain, dont elle fut l’une des villes les plus emblématiques grâce à son commerce florissant. Elle devint au IXe et Xe siècle, sous le nom de Jórvík, la capitale d’un royaume… viking. Intégrée à l’Angleterre par la suite, la ville était réputée pour le commerce de la laine, ce qui en faisait l’une des villes les plus riches du royaume. On la considérait souvent comme la capitale du Nord (par opposition à Londres, la capitale du Sud).

La Renaissance et la Réforme ne furent pas tendres avec la région. Après s’être déclaré chef de l’Église anglicane, Henri VIII décida de la dissolution des monastères et des abbayes (afin d’en piller les richesses). Cela explique les nombreuses ruines (magnifiques au demeurant) que l’on peut observer dans tout le Yorkshire. La ville perdit relativement de son importance jusqu’au XIXe siècle où elle devint pionnière en matière de chemin de fer. Au XXe siècle, York vit le tourisme prospérer, étant une des villes médiévales les mieux conservées du pays.

Les fantômes d’York

Petite ruelle des Shambles
Petite ruelle des Shambles

Tout d’abord, quand je suis arrivée à York, le temps était à la pluie. Loin de cacher les charmes de la ville, la pluie lui confère une ambiance gothique unique. Les pavés luisants, le dédale de ruelles étroites, les maisons à encorbellement… Si on était à Londres, on pourrait s’attendre à voir Jack l’Éventreur surgir au coin de la rue. Mais York n’a pas à pâlir de la comparaison. Elle possède de nombreuses histoires de fantômes qui lui sont propres.

Un mur d'histoires de fantômes en tout genre dans un pub
Un mur d’histoires de fantômes en tout genre dans un pub

Ainsi, dans un pub, un pan de mur entier était consacré aux spectres hantant la ville. L’une des histoires les plus connues est celle d’un jeune plombier qui, en 1953, aperçut une garnison romaine au grand complet surgir d’un mur de la cave de la Treasurer’s House. Intox ? Peut-être. En tout cas, le jeune homme fut capable de dépeindre dans les moindres détails l’uniforme de ces Romains. Il a pu voir une image ou lire ça dans un livre ? Attendez de lire ça : le plombier décrivit des boucliers ronds. Or, à l’époque, on pensait que les Romains portaient des boucliers rectangulaires. Il fut attesté plus tard que les boucliers de la garnison locale étaient effectivement ronds…

La Treasurer's House de York, repère de légionnaires romains errants
La Treasurer’s House de York, repère de légionnaires romains errants

Je n’ai personnellement vu aucun revenant à York. Toutefois, en me promenant le soir, j’ai croisé un groupe qui suivait un ghost tour, une visite guidée relatant les épisodes les plus effroyables et les plus étranges de la ville.

Petit détour par le Chemin de traverse

Même si on est peu friand de fantômes et qu’on leur préfère les sorciers, on peut quand même trouver son bonheur à York. En effet, les ruelles et les maisons en brique et à encorbellement font irrésistiblement penser au Chemin de Traverse dans Harry Potter.

Le Chemin de Traverse dans Harry Potter
Le Chemin de Traverse dans Harry Potter

Peut-être ont-elles même inspiré l’autrice ? En tout cas, les fans de l’Élu ne s’y trompent pas; pas plus que les boutiquiers. Dans l’une des rues les plus connues et les plus charmantes de York, on trouve pas moins de trois boutiques souvenirs consacrées au sorcier à la cicatrice en forme d’éclair.

Ruelle des Shambles à l'ambiance médiévale et colorée
Ruelle des Shambles à l’ambiance médiévale et colorée

Au-delà de cela, je trouve que les Shambles, le quartier des bouchers où se trouve cette rue, restent néanmoins très authentiques. Je suis pour ma part séduite par ce quartier médiéval au charme typiquement british.

Qui dit gothique dit cathédrale

Laissons de côté le paranormal et le fantastique et intéressons-nous enfin au joyau de York, sa cathédrale. Elle a mis plus de 250 ans à être construite. Massive, elle arbore aujourd’hui une architecture gothique britannique que les nombreux incendies survenus dans l’histoire n’ont pas réussi à endommager.

La cathédrale d'York
La cathédrale d’York

Le point d’orgue de la cathédrale serait ses vitraux. Je n’ai malheureusement pas eu le temps de les voir de l’intérieur, mais l’un est – paraît-il – plus vaste qu’un court de tennis.

Où que l’on se trouve dans la ville, sur les remparts comme dans la rue, on peut apercevoir la gigantesque cathédrale, présence rassurante, point de ralliement pour toute personne perdue.

Les deux tours de la cathédrale, présence rassurante au bout de la rue
Les deux tours de la cathédrale, présence rassurante au bout de la rue

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*