3 villages fortifiés qui font aimer la Toscane


Europe, mon amour, Italie / lundi, mai 14th, 2018

Restons en Méditerranée. Dans l’imaginaire collectif, la Toscane, c’est avant tout des villes comme Florence, Pise ou Sienne. Ce sont toutes des villes magnifiques à l’histoire captivante et j’y consacrerai peut-être un jour un article. Mais aujourd’hui, je souhaite revenir sur mon voyage dans la campagne toscane.

La Toscane est une région très verte et vallonnée ; c’est notamment là que l’on produit l’huile d’olive ou encore le chianti italien. La région est donc parsemée de fermes et de villages. D’ailleurs, de par l’histoire morcelée de l’Italie au Moyen-Âge et à la Renaissance, nombre de ces bourgades sont fortifiées. Je vais donc m’intéresser plus particulièrement à trois d’entre elles.

Monteriggioni

Place principale de Monteriggioni
Place principale de Monteriggioni

Le bourg médiéval de Monteriggioni est tout petit. Comme il est perché sur une colline, on peut l’apercevoir de loin, depuis l’autoroute même. Ceint de remparts et d’une quinzaine de tours, le village était à l’origine un avant-poste de la ville de Sienne (à moins de 20 kilomètres de là).

Le grand avantage : même en plein été, ce bourg n’est pas assiégé par les touristes, qui lui en préfèrent sans doute d’autres (comme ceux mentionnés ci-après). J’ai donc pu le visiter en toute tranquillité et profiter de sa grande place gorgée de soleil.

N’ayant pas le vertige, je suis montée en haut des remparts nord et sud pour admirer la vue sur les coteaux verdoyants alentour. Somme toute, ce fut un après-midi très agréable.

Vue sur la campagne toscane depuis les remparts de Monteriggioni
Vue sur la campagne toscane depuis les remparts de Monteriggioni

Volterra

Pourquoi Volterra ? Perchée en haut d’un plateau, la commune était autrefois une place stratégique (d’où les fortifications). Elle fut indépendante du XIIe au XIVe siècle, alliée à Florence contre Pise, avant de tomber dans le giron florentin. Ironie de l’histoire, elle fait aujourd’hui partie de la province de Pise.

Volterra
Volterra

Repère des terribles Volturi dans la saga Twilight, Volterra a acquis une notoriété internationale. Le tourisme y est donc florissant. La ville préfère néanmoins mettre en avant son propre patrimoine culturel. Et tant mieux ! Ainsi, plutôt qu’un château « draculesque », j’ai visité des ruines étrusques.

Situées à l’intérieur des fortifications, elles constituaient l’acropole de la ville. Si l’on distingue assez bien les limites de chaque bâtiment, il est toutefois assez dur de s’imaginer l’aspect de la ville. Les panneaux permettent en revanche de se faire une idée du rôle de chaque ensemble. Je n’ai malheureusement pas eu le temps de voir le musée étrusque de la ville, mais je pense qu’il doit apporter un éclairage supplémentaire.

Ruines étrusques de Voltera
Ruines étrusques de Voltera

Autre lieu digne d’intérêt dans la ville : le théâtre romain, qui date du Ier siècle après Jésus-Christ. Certes, il s’agit également d’une ruine, mais il est relativement bien conservé, à tel point qu’il accueille un festival international tous les ans…

Théâtre romain de Volterra
Théâtre romain de Volterra

Au-delà de ces curiosités, Volterra est une ville très agréable dans laquelle j’ai eu plaisir à me promener. J’ai pu admirer les ruelles médiévales ainsi que des bâtisses Renaissance comme le Palazzo Viti, dont le propriétaire et gérant, très aimable, n’a pas hésité à répondre à mes questions et à me donner des informations complémentaires.

Et pour bien finir la journée, j’ai dégusté une délicieuse glace en terrasse !

San Gimignano

Le dernier, mais non le moindre. San Gimignano est une des destinations les plus populaires en Toscane. Reconnaissable entre mille grâce à ses innombrables tours, la ville fut pour moi un véritable coup de cœur. Je ne saurais trop conseiller de s’y rendre tôt le matin ou d’y passer la soirée afin d’éviter au maximum le flot de touristes venus pour la journée.

Quelques tours de San Gimignano
Quelques tours de San Gimignano

Mais même en journée, la magie opère. La commune est pleine de ruelles anciennes et étroites au détour desquelles se dresse inévitablement une tour. Si aujourd’hui seules 13 sont intactes (ce qui est non négligeable pour une ville de 7 000 habitants), la ville en comptait au Moyen-Âge pas moins de 75, comme on peut le voir sur la maquette ci-dessous.

Maquette de la ville de San Gimignano au Moyen-Âge
Maquette de la ville de San Gimignano au Moyen-Âge

Pourquoi autant de tours ? Aussi surprenant que cela puisse paraître, la raison première ne serait pas militaire, mais industrielle. En effet, les teinturiers utilisaient ces édifices verticaux pour faire sécher de longs pans de tissus à  l’abri du soleil.

Que peut-on visiter à San Gimignano ? À vrai dire, pas grand-chose, à part le fatal musée de la torture. Mais ce n’est pas grave. L’important ici, ce n’est pas visiter, mais flâner, profiter de l’atmosphère féodale qui y règne encore et admirer la vue sur les oliveraies vert argenté. Prendre le temps de vivre tout simplement…

Campagne toscane
Campagne toscane

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*