Road-trip américain : le Nevada (I)


États-Unis, L'Amérique, je veux la voir / lundi, juin 18th, 2018

Entre 2013 et 2014, j’ai habité un an en Californie. Au mois de décembre, j’ai eu quelques jours de vacances qui m’ont permis d’explorer un peu plus le pays et de faire un petit road-trip dans l’Ouest américain. Au cours de ce voyage, j’ai traversé pas moins de trois États: le Nevada, l’Utah et l’Arizona.

Parcours de mon road-trip aux États-Unis
Parcours de mon road-trip aux États-Unis

Las Vegas : la vraie capitale du Nevada

La nuit, le côté clinquant de Las Vegas se révèle

Las Vegas étant des villes les plus grandes et les mieux reliées de la région, c’est là que j’ai atterri et loué une voiture. Pour être tout à fait honnête, je n’avais pas vraiment envie de m’y rendre, l’ambiance à la fois sulfureuse et kitsch de la capitale du jeu n’est pas vraiment à mon goût. Mais pour des raisons pratiques, j’ai dû y passer et m’y suis un petit peu attardée. Après tout, il ne faut pas mourir idiot.

L'hôtel Luxor de Las Vegas: plongée en Egypte
L’hôtel Luxor de Las Vegas: plongée en Égypte

L’arrivée en avion à Las Vegas est impressionnante. Du désert à perte de vue et tout à coup une grande ville. Au milieu de rien. Plus l’avion descend et plus on discerne des monuments improbables. Forteresse, pyramide, skyline… De plus, à peine arrivé à l’aéroport, on est accueilli par des myriades de machines à sous, et ce, où que l’on pose les yeux. Et le reste de la ville n’est pas très différent, d’immenses décors en carton-pâte.

À Las Vegas, le roi Arthur côtoie Manhattan
À Las Vegas, le roi Arthur côtoie Manhattan

En réalité, Las Vegas est un véritable Disneyland pour adultes. Ce n’est certes pas le château de la Belle au bois dormant, mais la Tour Eiffel ou l’Empire State Building. Ce ne sont pas des manèges, mais des bandits manchots et des wedding chapels. Et bien sûr les spectacles y sont légion : Céline Dion, Cirque du Soleil, etc.

Les wedding chapels : l'incontournable du Nevada
Les wedding chapels : l’incontournable du Nevada

Le point d’orgue est pour moi incontestablement les jets d’eau du Bellagio, mis notamment à l’honneur à la fin du film Ocean’s Eleven. C’est un des rares moments de poésie dans une ville en effervescence qui clignote de partout.

Valley of Fire : un joyau caché

Paysage de la Valley of Fire
Paysage de la Valley of Fire

So far, so close. À moins de 80 km de Las Vegas se trouve le Valley of Fire State Park, et pourtant tout oppose les deux endroits. L’agitation bouillonnante de la ville d’un côté, la quiétude des grands espaces de l’autre.

Alors à quoi ressemble ce parc méconnu du Nevada ? Après avoir parcouru des kilomètres au milieu d’une végétation aride pastel, on découvre d’immenses rochers à la couleur flamboyante. Quand on s’approche, on remarque les cavités et les aspérités de chaque roc de grès rouge, ainsi que les variations de couleur, allant jusqu’au jaune pâle. Il existe des pistes de randonnées dans le parc qui permettent d’observer l’ensemble de plus près.

Sentier de randonnée dans la Valley of Fire
Sentier de randonnée dans la Valley of Fire

Cependant, la nature n’est pas le seul intérêt de la Valley of Fire. En effet, ce parc au cœur du désert des Mojaves a été occupé de –300 à 1500, comme en témoignent les nombreux pétroglyphes amérindiens du site. Les pétroglyphes sont des dessins gravés dans la pierre.

Pétroglyphes de la Valley of Fire
Pétroglyphes de la Valley of Fire

Ce parc a été un de mes coups de cœur du voyage. Un petit détour que je n’ai pas regretté ! Surtout après l’effervescence de la grande ville. Le Nevada est certainement une terre de contraste !

Les rochers de grès rouge riches en aspérités de la Valley of Fire
Les rochers de grès rouge riches en aspérités de la Valley of Fire

Prochain arrêt : l’Utah !

Une réponse à « Road-trip américain : le Nevada (I) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*