Le facteur Cheval : portrait d’un idéaliste


France / lundi, avril 16th, 2018

Il était fois un homme qui habitait un petit village entouré de collines. Le facteur Cheval, comme on le nommait, effectuait tous les jours des tournées harassantes de plusieurs dizaines de kilomètres.

Une nuit, il fit le rêve de construire un palais. Un château féerique abritant des grottes et possédant une multitude de recoins. Ce rêve le marqua profondément, mais l’homme se trouvait ridicule d’y prêter autant attention. Étant donné l’époque de grande misère dans laquelle il vivait, il jugeait plus sage de se consacrer à son travail. Il se résolut donc à poursuivre sa routine.

Quinze ans plus tard, il avait presque réussi à oublier son rêve une pierre se mit sur son chemin et le fit trébucher. Sa forme singulière attira le regard du facteur Cheval qui resta subjugué. La pierre s’anima alors et s’adressa alors à lui :

« As-tu oublié le rêve que tu as fait il y a quinze ans ? Celui de construire un château enchanteur ? lui demanda la pierre.

— Non, mais les temps sont durs, répondit le facteur, il faut être raisonnable.

— Fadaises, les rêves n’ont que faire de la raison. Les formes et les textures n’aiguisent donc plus ton imagination ?

— Si, admit-il. Quand je vous regarde, je vois déjà une des cascades de mon palais. Mais comment trouverai-je le temps ou l’énergie pour le bâtir, moi qui fais déjà sept lieues par jour ?

— Réaliser ses rêves, ce n’est pas une sinécure, mais tes efforts seront vite récompensés. Alors au travail ! sourit la pierre avant de se figer de nouveau. »

Détail du Palais idéalAbasourdi par la rencontre qu’il venait de faire, le pauvre facteur se demanda s’il n’était pas en train de devenir fou. « Les fous, ça ose tout, lui souffla son subconscient, comme construire un château sorti tout droit d’un rêve. » Il ramassa alors la pierre et la rapporta chez lui.

Jour après jour, il ramassait les pierres qu’il avait repérées lors de sa tournée, aidé dans sa tâche par sa fidèle brouette. Il regardait avec attention les cartes postales venues du monde entier qu’il distribuait, laissait vagabonder son imagination quand il lisait un récit ou même la Bible. Et le palais commençait à prendre forme, sous le regard incrédule du voisinage.

Après 33 ans de dur labeur, le palais fut achevé. Si certains décriaient la laideur de l’ensemble, d’autres venaient de loin pour admirer cette œuvre sans pareil. Fier de son œuvre et de sa persévérance, le facteur Cheval en profita jusqu’à la fin de sa vie.

Palais du facteur Cheval, façade sud
Palais du facteur Cheval, façade sud

Ma visite au Palais idéal du facteur Cheval

Je me suis rendue au Palais idéal du facteur Cheval après un bref séjour en Ardèche, alors que je retournais en Suisse. Jusque-là, j’en avais déjà vaguement entendu parler et j’avais vu une photo qui m’avait plu, mais je ne savais même pas où il se trouvait précisément. On m’avait juste dit à une cinquantaine de kilomètres de Valence.

J’ai donc été très surprise, en voulant rentrer chez moi, d’apercevoir un panneau « Palais idéal du facteur cheval : 10 km » et j’ai décidé de sauter sur l’occasion pour le visiter. Et grand bien m’en a pris. Ça a été un véritable coup de cœur.

J’ai beaucoup apprécié les différentes influences qui s’unissent dans ce Palais, ce mélange d’Orient et d’Occident. Sans vraiment respecter les codes des styles qu’il sollicite, il incarne la vision du monde d’un homme.

Le formidable bestiaire enchâssé – chiens, poissons, crocodiles, animaux mythologiques… – dans la pierre est également une source de fascination, tout comme les multiples recoins et escaliers dont dispose le Palais. Cette visite vous fera assurément retrouver votre âme d’enfant et vous vous surprendrez à scruter le moindre centimètre carré afin de dénicher un nouveau secret.

À mon sens, l’objectif de cette œuvre est moins la logique que l’onirisme. En mêlant mosquée et chalet, temple hindou et forteresse, Vercingétorix et Archimède, le facteur Cheval fait passer ici un message de fraternité et s’impose comme le maître de l’architecture naïve. « Les fées de l’Orient viennent fraterniser avec l’Occident », peut-on lire sur un mur. On ne saurait mieux dire

Je recommande chaudement cette visite magique qui ne peut vous laisser indifférent.

Pour mes autres visites en France, rendez-vous ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*